Actualités

Une dizaine de membres du Syndicat des chargés et chargées de cours de l’UQAR (SCCCUQAR–CSN) ainsi que d’autres syndicats représentant des chargés de cours d’autres universités québécoises ont manifesté devant le campus de Lévis de l’Université du Québec à Rimouski, le 22 septembre en matinée.

Le SCCCUQAR–CSN a utilisé ce coup d’éclat pour dénoncer la lenteur des négociations avec la partie patronale et le manque de considération de cette dernière pour les demandes des chargés de cours. À l’UQAR, ces derniers, qui sont environ 600, sont sans convention collective depuis le 31 mai 2021.

«On négocie depuis plus d’un an et ça avance très lentement. On n’a même pas d’offre salariale sur la table. On aimerait bien signer une nouvelle convention, mais il faudrait que la partie patronale nous présente ses offres. On a proposé une trentaine de dates de négociation possibles d’ici la fin décembre et ils nous ont seulement offert six dates. Nos demandes les plus importantes portent sur le salaire, la formation à distance, la retraite et les cours en tutorat. Nos revendications ne sont pas satisfaites et la partie patronale n’en parle pas ou très peu», a déploré Hélène Montreuil, la présidente de la SCCCUQAR–CSN.

Lors de la manifestation, plusieurs représentants d’autres syndicats représentant des chargés de cours d’autres universités québécoises, regroupés au sein de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) étaient présents pour donner leur appui.

La négociation des chargés de cours à l’UQAR est coordonnée avec celles qui se déroulent dans d’autres universités québécoises, comme l’ensemble des chargés de cours membres de la FNEEQ-CSN partagent les «mêmes préoccupations».

«Les directions d’universités doivent faire de la reconnaissance des personnes chargées de cours leur priorité. Je me désole que la déconsidération à l’égard de ces personnes clés dans les murs de nos universités soit à l’image du peu d’importance accordée à l’enseignement supérieur en général dans la présente campagne électorale. Pour l’avenir du Québec, les politiciens devraient peut-être commencer par donner l’exemple», a conclu Caroline Quesnel, présidente de la FNEEQ–CSN.

Christine Gauthier, FNEEQ-CSN

Source : https://www.journaldelevis.com/1120/Soci%C3%A9t%C3%A9_.html?id=104351&fbclid=IwAR2y1v1QYgrtbxHz8D9NhFh6ZcGVzkLDQo-FraaTYCXLGE2t_p8lh6VllWs

 

**********DATES À INSCRIRE À VOTRE AGENDA**********

Journée internationale des femmes 8 mars
Journée internationale de la francophonie 20 mars
Journée pour l’élimination de la discrimination raciale 21 mars
Journée internationale de commémoration des travailleuses et des travailleurs morts ou blessés au travail 28 avril
Journée internationale des travailleuses et des travailleurs 1er mai
Journée internationale de lutte contre l’homophobie et transphobie 17 mai
Journée de la militance CSN – anniversaire de la fondation de la CTCC 24 septembre
Journée mondiale des enseignantes et des enseignants 5 octobre
Journée internationale pour le travail décent 7 octobre
Semaine nationale de santé et sécurité au travail 16 au 22 octobre
Journée nationale des chargées et des chargés de cours des universités 22 novembre
Journée de l’entraide 2 février